f
s

À propos

Chars Légers

Les tanks légers sont l'une des principales classes dans tous les modes de jeu. Ils représentent l'équilibre parfait entre puissance de feu et mobilité : si les véhicules de combat blindés sont plutôt des éclaireurs avec peu de protection qui doivent compter sur la furtivité et la vitesse, les tanks légers peuvent encaisser et, surtout, causer de gros dégâts, en faisant la classe ayant le ratio de dégâts par minute le plus élevé du jeu.

scr1

L'histoire des tanks légers commence avant la Seconde Guerre mondiale, bien que de nombreux tanks classés aujourd'hui en tant que “légers” n'étaient pas appelés ainsi à cette époque. Cependant certains l'étaient - en fait, le premier tank ayant utilisé une configuration moderne toujours employée à ce jour, le Renault FT, était classé comme Tank Léger.

La désignation la plus commune, pour un tank, est celle correspondant à son rôle sur le champ de bataille. Après tout, la plupart des tanks produits en série dans l'entre-deux-guerres étaient légers, quel que soit l'objectif pour lequel ils étaient construits. Sous leurs formes les plus basiques, il s'agissait des véhicules suivants :

  • Tanks de cavalerie
  • Tanks d'infanterie

Les tanks de cavalerie étaient habituellement très légèrement blindés. Leur rôle principal était d'accompagner les formations de cavalerie qui était toujours utilisées dans de nombreuses armées modernes, même après les horribles massacres de la Grande Guerre, apportant une puissance de feu supplémentaire et un ascendant psychologique. Pour remplir ce rôle, ils devaient être rapides et, surtout, devaient être capables de traverser des terrains relativement difficiles. Cela nécessitait un poids léger et des moteurs relativement puissants, “relativement” étant le mot-clef : aujourd'hui, un moteur de tank considéré comme performant produit jusqu'à 1500 chevaux mais, à cette époque, la plupart des tanks pesaient moins de 10 tonnes et tout moteur développant plus de 150 chevaux était considéré comme puissant. Le poids devait être surveillé et les tanks de cavalerie étaient, par conséquent, habituellement très peu blindés.

Les tanks d'infanterie étaient habituellement mieux protégés que les tanks de cavalerie, mais ils étaient aussi beaucoup plus lents. Cependant, cela n'était pas un inconvénient car le rôle de ce tank était d'accompagner l'infanterie, à un rythme de marche. La protection était souvent perçue comme étant plus importante et la plupart des tanks d'infanterie d'avant-guerre, comme le Matilda britannique, étaient parmi les adversaires les plus coriaces que les Allemands devaient affronter en 1940.

Et bien sûr, il y avait les chenillettes, des véhicules plus petits que des tanks et souvent équipés de mitrailleuses légères, ayant comme seul atout celui d'être peu chers. Les Polonais les utilisèrent en 1939 avec le succès que l'on connaît, et ces véhicules montrèrent leur utilité lors des guerres coloniales face à des adversaires équipés de lances, mais cela fut leur apogée. Elles subirent des pertes extrêmement élevées dès les premiers jours de la Seconde Guerre mondiale, et elles disparurent des champs de bataille vers 1940. La présence des tankettes était un exemple d'une victoire remportée par le marketing et les coûts contre la performance, et c'est la preuve que, déjà, et comme aujourd'hui, le destin de milliers de soldats n'est pas déterminé dans les salles de stratégie ou sur le champ de bataille, mais par les brochures publicitaires et les contrats entre initiés.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le rôle des tanks changea quelque peu. Classifier les tanks de la Seconde Guerre mondiale en légers, moyens et lourds n'est pas exact à un certain point, mais la portée de cet article appelle à la simplification, ce qui nous sera pardonné par nos lecteurs les mieux instruits (c'est du moins ce que l'on espère).

Le char lourd avait habituellement pour rôle de percer les lignes ennemies, les tanks moyens et universels, et les tanks légers étaient utilisés pour le repérage, tout au moins lors de la seconde partie de la guerre. De ces trois catégories, ils étaient les plus légers et habituellement les plus rapides, mais également les moins protégés et ils avaient la puissance de feu la moins élevée. À la fin de la guerre, certains tanks légers, comme le M24 Chaffee, avaient assez de puissance de feu pour faire jeu égal avec les tanks moyens, mais les tanks moyens étaient équipés de canons 50 à 75 mm tandis que les tanks légers avaient des canons 37 mm. Cela les rendait utiles contre les cibles faciles, les équipements ennemis obsolètes, les voitures blindées ou d'autres tanks légers. Contre des adversaires n'ayant aucune puissance de feu antitank (par exemple l'infanterie japonaise), les tanks légers étaient dangereux, mais ils subissaient également des pertes relativement élevées, ce qui remettait en question son rôle d'éclaireur à la fin de la guerre.

Après la guerre, le rôle des tanks légers devenait de plus en plus flou. Les exemplaires en surplus furent vendus à des pays du tiers-monde et, là encore contre des adversaires faiblement armés, ils étaient plus que satisfaisants. Cependant, dans les années 50, apparaît un excellent tank léger moderne français : l'AMX-13.

L'AMX-13 était, sur de nombreux aspects, révolutionnaire. Sa tourelle était équipée d'un puissant canon 75 mm à chargement automatique et, bien que le véhicule n'était pas fortement blindé, il était très léger pour sa puissance de feu. Il rencontra le succès, et il a été largement exporté et utilisé par de nombreux pays. Il fut plus tard amélioré avec un canon 90 mm, et même 105 mm, ce qui en dit long quant à la robustesse de son châssis.

Chez les Américains, tout n'était pas aussi rose. Le tank léger M24 Chaffee était sérieusement surclassé par le T-34 russe pendant la guerre de Corée et son remplaçant, le M41 Bulldog, ne faisait pas mieux. Cela prit beaucoup de temps pour remplacer le Walker Bulldog, mais c'est ce processus de remplacement qui décida du futur de cette classe. Tandis que les tanks lourds étaient abandonnés, les tanks légers américains devinrent des véhicules aéroportés, avec des limitations de taille et de poids destinées à leur utilisation avec les avions et les hélicoptères de transport.

scr2

À la différence des chars de combat principaux américains, les tanks légers d'après-guerre ne furent pas un grand succès. Le dernier tank léger produit en série par les Américains, le M551 Sheridan, pouvait être décrit comme étant médiocre, avec des problèmes techniques qui polluèrent sa longue carrière, qui alla de la guerre du Vietnam à la guerre du Golfe. Il avait beaucoup de puissance de feu avec son canon lance-missiles 152 mm, mais il était également très fragile et vulnérable contre quasiment n'importe quelle menace. Il resta en service uniquement parce qu'il n'y avait rien pour le remplacer, et ce n'était pas faute d'essayer de la part des Américains. De nombreux prototypes furent testés, et quelques-uns d'entre eux sont disponibles dans Armored Warfare, comme le RDF/LT et l'Expeditionary Tank. Ils ne furent cependant pas acceptés en service et les tentatives américaines de produire un tank léger moderne s'arrêtèrent avec le programme XM8.

Côté soviétique, ce n'était pas mieux, les tanks légers disparaissant. Le tank léger soviétique le plus intéressant et le plus important était le PT-76. Si les Américains souhaitaient une capacité de transport aérien, les Soviétiques souhaitaient que leurs tanks flottent, et ce fut le cas. Le PT-76 et ses variantes ultérieures ont été conçus avec cette capacité de flottaison parce que les Soviétiques ont basé leur doctrine sur les leçons de la Seconde Guerre mondiale. En réalité, cette aptitude n'a jamais été vraiment très utile, mais elle a influencé les véhicules soviétiques pendant des décennies. À l'instar des Américains, les Soviétiques produisirent un certain nombre de concepts intéressants de tanks légers, mais très peu d'entre eux dépassèrent le stade de la planche à dessin. Le rôle original du tank léger fut, plus tard, repris par des VCI modifiés.

Ce développement, repris par les Américains et les Soviétiques, ne marque cependant pas la fin des tanks légers. Au contraire, dans les années 70 et 80, on vit une réapparition des tanks légers, avec une pause dans les années 90 suite à l'effondrement de l'Union soviétique et la saturation du marché avec des équipements soviétiques de surplus. Il y avait deux principales raisons derrière cette réapparition :

Tout d'abord, il y avait besoin d'armer les pays du tiers-monde, et les tanks légers d'exportation étaient généralement bien plus abordables que n'importe quel char de combat principal (tout spécialement les chars de l'Ouest) Ce n'était pas seulement une question de prix d'achat initial, mais également une question de maintenance : les chars de combat principaux ont en général des coûts d'entretien très élevés. De nombreux tanks légers commerciaux ont été conçus pour offrir la puissance de feu d'un CCP au prix d'un tank léger. Des exemples typiques seraient le Stingray et le projet VFM5 de Vickers. Ces “CCP abordables” ont rencontré un succès limité, avec par exemple le Stingray qui a été déployé par la Thaïlande. L'Amérique du Sud était également un grand consommateur de tanks légers, car certains pays étaient encore équipés de matériel datant de la Seconde Guerre mondiale (par exemple, le X1 brésilien).

La deuxième raison était spécifique aux pays ayant des terrains difficiles. Pour résumer, un tank léger peut aller là où un CCP ne peut pas se rendre. C'était une leçon que les Chinois avaient apprise : dans la partie sud du pays, et en Asie du Sud-Est en général, les tanks légers étaient très utiles, ce qui conduisit au lancement de nombreux projets chinois de tanks légers, le principal ayant été le Type 62 (qui ressemblait à un Type 59 en plus petit). Ce tank fut conçu dans les années 60 pour combattre dans les terrains difficiles de la Chine du Sud (ou Vietnam du Nord), et il participa à la guerre du Vietnam, avec plus ou moins de succès. Il a été retiré récemment du service et peut être considéré comme un véhicule ayant réussi sa carrière.

Après 1990, les tanks légers réapparurent dans le catalogue des constructeurs. Il y a quelques raisons pour cela :

  • L'apparition de nouvelles technologies, comme divers systèmes de protection active, augmente fortement le niveau de protection des tanks, donnant même aux tanks légers une chance de survie contre des missiles ATGM.
  • On dit également que les CCP ont atteint leur limite de poids, et on recherche des moyens de protection alternatifs. Cela explique l'apparition de tanks légers employant la même philosophie de développement que le Leopard 1 : comme les menaces sont extrêmement avancées, aucune quantité de blindage ne peut protéger un véhicule alors pourquoi ne pas plutôt investir dans la mobilité et une réduction du coût ?
  • Les tanks légers, spécialement ceux destinés à l'exportation, sont conçus pour être d'un prix abordable. De plus, ils offrent suffisamment de puissance de feu et de précision pour vaincre un CCP moderne, ce qui en fait une alternative intéressante pour des clients potentiels. L'apparence de technologies comme le canon 120 mm compact de RUAG permet à tout véhicule qui en est équipé d'affronter quasiment n'importe quoi sur un champ de bataille.
  • Les chenilles ont toujours de meilleures capacités hors route que les roues.

Les tanks légers modernes sont principalement des équivalents à chenilles des véhicules d'appui feu comme le Stryker.

Comme ils ne sont plus cantonnés à un rôle de repérage, les tanks légers modernes peuvent effectuer une grande variété de tâches sur le champ de bataille, tout en disposant de capacités hors route supérieures à celles de véhicules à roues. Ils ont bien entendu des inconvénients - l'entretien des véhicules à chenilles est bien plus difficile que celui des véhicules à roues mais, dans certaines circonstances, cela le vaut.

Classification et rôle sur le champ de bataille dans Armored Warfare

Dans Armored Warfare, la classe Tanks Légers est peut-être celle étant la moins diversifiée, car les véhicules partagent tous les points suivants :

  • Ce sont tous des véhicules rapides à chenilles (plus mobiles que les CCP, mais pas autant que les VCB)
  • Ils sont mieux protégés que les VCB, mais avec un blindage inférieur à celui d'un CCP de rang équivalent
  • Ils ont en général un canon de classe CCP
  • En général, ils n'ont pas de missiles guidés

Comme d'habitude, il y a des exceptions – par exemple le Begleitpanzer 57 de rang 5 est équipé d'un canon automatique 57 mm et d'un lanceur de missiles mais, en moyenne, les tanks légers ne sont pas aussi diversifiés. Cela ne les rend absolument pas inférieurs aux autres classes : en fait, c'est leur force. Les tanks légers sont les meilleurs véhicules de contournement d'Armored Warfare. Ils ne peuvent pas engager les chars de combat principaux en face à face à cause de leur niveau de protection moins élevé, mais leur vitesse et leur agilité sont suffisantes pour contourner la plus robuste des cibles et tirer dans les flancs et l'arrière, plus faibles. Peu de véhicules du jeu peuvent rivaliser hors route avec un tank léger et, bien que leur vitesse maximum ne soit pas aussi élevée que celle des VCB ou même certains chasseurs de chars à roues, un TL peut danser autour de toute cible sur les terrains mous, oblitérant les sections de blindage les plus vulnérables.

En termes de puissance de feu, les tanks légers sont peut-être les véhicules les plus précis en mouvement du jeu. Les chasseurs de chars sont plus précis lorsqu'ils sont immobiles, mais perdent beaucoup de précision en déplacement, ce qui les rend peu efficaces pour des manœuvres rapides de contournement. De plus, de nombreux tanks légers sont spécialisés dans les dégâts en rafales.

scr3

Cela est dû au fait qu'ils ne peuvent pas passer beaucoup de temps dans le viseur d'un CCP – le CCP les détruira un par un en orientant son blindage le plus épais dans leur direction, ce qui rend primordiale la capacité de causer autant de dégâts que possible sur une très courte période. C'est pour cela que les tanks légers sont souvent équipés avec des systèmes de chargement automatique ou des casiers prêts à l'emploi (augmentant la cadence pendant quelques tirs quand le casier prêt à l'emploi est plein). Les tanks légers sont également de bons éclaireurs, pas aussi bons que des VCB spéciaux car ils ne sont pas aussi furtifs, mais leur mobilité compense cela. Sur le plan de la protection, cependant, les tanks légers sont assez fragiles en dépit de divers kits ERA et de blindage modulaire, disponibles pour les véhicules de haut rang.

Ces caractéristiques définissent la façon de jouer avec un tank léger : il faut être agressif. À l'instar des VCB, un tank léger lent ou immobile est un TL mort : plutôt que de rester derrière leurs collègues plus robustes, les joueurs de TL doivent contourner leurs ennemis pour être efficaces. Cela demande cependant une lecture soigneuse et précise du champ de bataille, et ce sont de bons véhicules pour les joueurs expérimentés.

Ces véhicules fragiles ne pardonnent pas les erreurs : foncer vers un groupe d'ennemis se terminera par votre destruction immédiate, tout comme tomber dans une embuscade lorsque vous essayez d'effectuer une manœuvre de contournement. Pour être efficace avec un tank léger, son commandant doit prévoir où se trouvent les forces ennemies, ce qui nécessite de l'expérience et du savoir-faire.

Cela est cependant récompensé par des performances de très haut vol. Un joueur vétéran en tanks légers est un adversaire quasi invincible, et les joueurs TL d'élite sont les adversaires les plus dangereux d'Armored Warfare.

Vers le haut

Rejoignez l'action