f
s

Actualités

En développement : LAV-105

L'histoire du LAV-105 est liée à celle du LAV-25 et du Stingray car, pour l'essentiel, il s'agit du châssis du LAV-25 équipé d'une tourelle 105 mm Stingray, ce qui est une combinaison intéressante.

scr1x

LAV-105, la source - Military-today.com

LAV signifie Light Armored Vehicle, véhicule blindé léger. Le programme de la série LAV a commencé dans les années 70 suite à une nouvelle doctrine militaire de l'armée américaine, demandant la formation d'une nouvelle force à déploiement rapide (Rapid Deployment Task Force) qui pouvait être déployée outre-mer. La commission des forces armées du Sénat, qui était chargée de gérer ce dossier sur le plan politique, émit en 1980 une proposition à l'armée américaine et au corps des Marines pour un nouveau véhicule léger qui correspondait à ce besoin.

Les exigences étaient assez simples :

  • Le véhicule devait être fiable
  • Il devait être suffisamment compact pour entrer dans les avions de transport standards américains
  • Et bien sûr, il devait avoir suffisamment de mobilité, de puissance et de protection

Il y avait le Bradley, mais les retards permanents et d'autres problèmes de développement, ainsi que ses dimensions, n'en faisaient pas un bon candidat. Les deux formations militaires furent d'accord avec ces propositions initiales et l'armée américaine, munie de ce cahier des charges, contacta 20 entreprises différentes en avril 1981.

Seulement 3 entreprises furent sérieusement évaluées :

  • Alvis Ltd. (Royaume-Uni)
  • Cadillac Gage (États-Unis)
  • General Motors (Canada)

Les 3 entreprises devaient chacune soumettre 3 prototypes (notez qu'à ce moment, roues ou chenilles n'était pas une exigence). 2 prototypes de chaque entreprise devaient être armés avec le canon 25 mm M242 Bushmaster et le prototype restant devait être équipé du canon 90 mm Cockerill, démontrant ainsi la capacité de ce design à embarquer différents systèmes d'armement.

Alvis Ltd. entra dans la compétition avec un Scorpion 90 et deux VBT Stormer, modernisés avec le canon Bushmaster – les 3 étaient des véhicules à chenilles. Cadillac Gage présenta deux VCB LAV-300 6x6, ainsi qu'un LAV-150 modifié. General Motors au Canada entre dans la compétition avec un VCB MOWAG suisse modifié (le seul véhicule 8x8 à participer).

À ce moment, le Canada avait utilisé la plate-forme Piranha (sous sa version 6x6) depuis une demi-décennie avec de bons résultats – certains furent même empruntés par le corps des Marines américains pour des tests comparatifs et des entraînements aux côtés du VBT M113. Les autres participants étaient soit des améliorations non testées, soit des véhicules vendus en très petite quantité pour l'export, habituellement vers des pays du tiers-monde.

scr2

LAV-25

Les essais comparatifs des 3 véhicules en compétition se déroulèrent en Californie et en Arizona. Le Piranha de General Motor est sorti en tête de la compétition et a été officiellement confirmé comme gagnant en septembre 1982, ses bonnes performances et sa fiabilité faisant l'objet de mentions spéciales.

Le plan général était que l'armée américaine et le corps des Marines adoptent ce véhicule. La version destinée à l'armée devait être légèrement différente (transportant plus de munitions au détriment des dimensions du compartiment pour soldats), et reçut la désignation de M1047. La version Marines reçut la désignation de LAV-25 (Light Armored Vehicle et le calibre du canon). L'armée souhaitait environ 2350 véhicules, et les Marines en voulaient à l'origine 744.

Cependant, il s'avéra très vite que ce programme était bien trop ambitieux. L'armée s'en retira peu de temps après avoir conclu qu'elle manquait de fonds. La partie U.S. Marine Corps du programme, cependant, se poursuivit et les Marines commandèrent le véhicule dans plusieurs versions distinctes :

  • LAV-25 (version de base avec le canon 25 mm Bushmaster, 467 véhicules construits)
  • LAV-AT (version antitank avec des lanceurs ATGM TOW, 96 construits depuis 1987)
  • LAV-L (version transport, 94 produits entre 1985 et 1986)
  • LAV-R (véhicule de réparation blindé, 46 produits entre 1986 et 1987)
  • LAV-M (mortier, 50 produit fin 1986)
  • LAV-C2 (poste de commandement mobile, 50 produit entre 1985 et 1987)
  • LAV-AD (véhicule de défense aérienne équipé d'un canon rotatif 25mm, 17 livrés en 1998)

Le contrat fut signé et le corps des Marines reçut 758 LAV entre 1982 et 1985. D'après Jane's, un total de 880 véhicules des séries LAV furent construits pour l'USMC entre 1984 et 2003 (en incluant la dernière variante brouilleur de signal LAV-MEWSS).

Les LAV-25 d'origine pesaient environ 12,8 tonnes et étaient propulsés par un moteur turbodiesel V6 Detroit 6V53T développant 275 chevaux, couplé à une transmission automatique. Sa vitesse maximum était de 100 km/h sur route. Il avait 4 roues de chaque côté (pneus à roulage à plat Michelin 11x16 pouces à pression centrale ) et il était amphibie. Ce dernier point était important pour les Marines (quelque chose que ne proposait pas Alvis, par exemple), mais le véhicule n'était pas capable de naviguer dans des courants puissants ou en mer.

Les niveaux de protection du LAV-25 étaient assez bas. Le châssis en acier soudé résistait aux balles AP 7,62 mm et à des fragments d'obus de petit calibre mais rien de plus : ceci est le prix à payer pour la bonne mobilité, la capacité à flotter et d'être transporté par voie des airs. Il est intéressant de noter que certaines sources affirment que l'avant du véhicule peut résister à des tirs 12,7 mm AP, et pas seulement à du 7,62 mm.

scr3

LAV-25

L'équipage du LAV-25 était constitué de 3 hommes (pilote, tireur, commandant), et le véhicule pouvait transporter 6 soldats à l'arrière. Habituellement, il transportait seulement 4 hommes, une équipe de reconnaissance des Marines. Le véhicule était très rapide et agile, mais n'était rien de plus qu'un VBT : il n'était pas conçu pour des combats haute intensité.

Le LAV-25 était un véhicule réussi qui participa à plusieurs opérations importantes, comme Operation Just Cause (invasion de Panama), Operation Desert Storm, des missions de maintien de la paix dans les Balkans et à l'invasion de l'Irak. Il a également été amélioré au fil des ans, mais ses performances en combat et les variantes vont au-delà de cet article.

Mais comment se comportait le LAV-105 ?

Pour répondre à cette question, nous devons remonter à 1982 et aux demandes originelles des Marines. Il y avait une variante de plus qui fut prise en compte pour production : la version LAV-AG, ou LAV Assault Gun. Elle était supposée être un véhicule d'appui feu basé sur un châssis LAV-25 armé d'un canon principal destiné à apporter des tirs de soutien aux Marines.

Le problème, comme toujours avec des plates-formes légères, était le recul. De nombreux tests furent effectués pendant 5 ans au milieu des années 80, avec différents canons (notamment le M68 105 mm, le 90 mm Cockerill et même le 75 mm Ares XM274), mais le problème ne fut pas résolu de façon satisfaisante. Le châssis n'arrivait pas à gérer le recul. La solution ne fut trouvée qu'en 1990, lorsque Cadillac Gage Textron présenta sa solution – un prototype de canon rayé 105 mm à faible recul L/52 XM35, installé dans ce qui était une tourelle Stingray de taille réduite.

scr4

LAV avec 75mm ARES, la source - Warwheels.net

La protection de la tourelle était comparable à celle du châssis – une résistance aux balles AP 7,62 mm et à des fragments d'obus de petit calibre – tandis que l'avant pouvait résister à des tirs 12,7 mm AP. La tourelle était en acier, mais d'une variété différente de celle utilisée sur le châssis, parce que l'alliage d'acier Cadloy était une propriété de Cadillac Gage.

Le canon était à chargement automatique, ce qui enlevait le besoin d'un membre d'équipage supplémentaire par rapport aux autres modèles LAV. L'élévation du canon était de +15°, sa dépression de -8°. Il était également entièrement stabilisé et le véhicule était très précis en mouvement. Le canon et la tourelle utilisaient un système électrique de rotation, qui résolvait le problème survenant avec la combustion des fluides hydrauliques dans les anciens véhicules américains, augmentant significativement les chances de survie de l'équipage.

Le canon pouvait tirer des obus standard 105 mm OTAN, et la cadence de tir était d'environ 8 obus à la minute avec les obus stockés dans le casier du chargeur automatique. Le véhicule transportait au total 30 obus, en incluant ceux qui se trouvaient dans le casier.

Sa mobilité était à peu près la même que celle du LAV-25, mais le véhicule était plus lourd et, avec un poids de 16 tonnes, il était trop lourd pour les hélicoptères de transport ordinaires de l'USMC. Il est également très probable qu'il ait perdu sa capacité de flottaison, bien qu'aucune preuve tangible ne confirme cela.

scr5

LAV-105, la source - Military-today.com

Trois prototypes LAV-105 furent construits et testés en mai 1992. Bien qu'ils se comportèrent correctement et respectaient toutes les exigences de précision de tir (y compris en déplacement), le véhicule ne fut jamais adopté pour le service.

Les coupes dans les budgets de l'armée des années 90 étaient, comme toujours, partiellement responsables de cela. Avec la fin de la guerre froide, de nombreux programmes militaires (y compris les plus prometteurs) furent annulés au bénéfice de l'allongement de la durée de vie en service de concepts plus anciens, avant de tenter de les remplacer par de nouveaux modèles.

Un autre problème était un problème de conception. Il fut découvert ultérieurement que, même avec le XM35, les tensions infligées par le recul sur les suspensions fracturaient l'acier et cela générait des coûts de maintenance très élevés.

Ces 2 problèmes signifièrent que le LAV-105 (et tout autre LAV-AG) ne pouvait être adopté par les militaires et cette demande fut abandonnée au milieu des années 90.

Dans Armored Warfare, le LAV-105 sera un chasseur de chars de rang supérieur, non inclus dans la progression.

Nous espérons que vous apprécierez ce véhicule et à bientôt sur le champ de bataille !

Vers le haut

Rejoignez l'action