f
s

Actualités

En développement : VCAC Mephisto

Commandants !

Dans notre article sur le revendeur français bientôt disponible, nous vous avions déjà informé du projet de placer le CCP italien C1 Ariete à l'emplacement de rang 8 de la seconde moitié de la branche du concessionnaire français. Cependant, cela ne sera pas le seul véhicule à cet emplacement. Il sera rejoint par un véhicule français – le VCAC Mephisto.

scr1

VCAC Mephisto

Le nom Mephisto est en fait l'acronyme pour “Module Elévateur Panoramique HOT Installé Sur Tourelle Orientable”, mais soyons honnêtes : quelqu'un pensait que ça serait vraiment cool d'avoir un véhicule appelé ainsi, et a fait de son mieux pour y arriver. En fait, il s'agit d'une version anti-tank du VAB français, un véhicule de combat blindé assez répandu.

En lui-même, ce VCB est un produit plutôt anodin des années 1970 avec des racines remontant aux années 1960, lorsque les Français décidèrent que leurs unités d’infanterie seraient équipées à la fois de véhicules blindés et de véhicules à chenilles (avec comme résultat l'AMX-10P).

En 1970, le cahier des charges officiel du véhicule blindé de transport de troupes fut publié. Il décrivait un véhicule très polyvalent capable de jouer différents rôles, allant du simple transport de troupes au transport de marchandises, en passant par le remorquage de mortier. En même temps, cela devait être un véhicule fermé, capable de fonctionner dans les zones frappées par les armes de destruction massive soviétiques.

C'était une condition intéressante car la France était généralement assez éloignée des lignes de front potentielles, mais il y avait une logique à cela. Certains projets du Pacte de Varsovie prévoyaient de déclencher un conflit total en frappant une grande partie des unités basées près des frontières de la ligne de front de l’Ouest, avec des frappes nucléaires tactiques. Ces mêmes plans prévoyaient que les armées du pacte de Varsovie pouvaient atteindre la Manche en quelques jours. Nous vous laissons, chers lecteurs, réfléchir quant au réalisme de ces prévisions, mais la réalité était que les Soviétiques avaient des armes nucléaires tactiques, et qu'ils n’avaient pas peur de les utiliser.

L’armée française, quant à elle, devait non seulement être en mesure de fonctionner dans un tel environnement, mais devait aussi être très mobile, simplement parce qu’elle ne pouvait pas se permettre de se battre sur son territoire pour des raisons économiques. Une grande partie de son tissu industriel était, notamment après la guerre, toujours situé près des frontières orientales du pays ou directement en Allemagne – la France en occupait alors la région la plus industrialisée, la Sarre. Si l'Allemagne de l'Ouest tombait, ces régions seraient parmi les premières à être envahies par les Soviétiques, et les Français ne pouvaient pas se permettre cela en cas de guerre totale. Il est ironique de noter que c'est la même logique qui justifia la construction de la tristement célèbre ligne Maginot, avant la Seconde Guerre mondiale.

Deux entreprises se disputaient le futur projet de VCB léger, désormais appelé VAB (Véhicule de l’Avant Blindé) : Panhard et Renault. Entre 1972 et 1973, plusieurs prototypes de véhicules à 4 et 6 roues ont été construits par les deux entreprises et, en mai 1974, la version 4x4 de Renault a été officiellement acceptée en service sous la désignation VAB. Sa fabrication en série a commencé en 1976.

scr2

VCAC Mephisto

C'était un véhicule assez simple avec un châssis en acier soudé qui pouvait transporter dans sa configuration VBT 2 membres d'équipage et 10 soldats. Il n'offrait qu'une protection très rudimentaire contre les armes légères, mais il était également relativement léger (13 tonnes), agile et rapide (vitesse maximale de 92 km/h) grâce à son moteur diesel Renault relativement puissant de 220 chevaux. Plusieurs milliers d’exemplaires ont été construits entre 1976 et 1993, à la fois pour la France (3 975 véhicules dans diverses configurations) et pour l’exportation, dont une variante à 6 roues.

L'une des variantes produites à la fois pour la France et pour l'exportation s'appelait VCAC (Véhicule de combat anti-chars). Elle était équipée de la tourelle Euromissile Mephisto, armée de quatre missiles HOT. Il s’agissait d’un véhicule dédié au rôle de chasseur de chars, remplaçant le compartiment de transport de troupes par un gros système de chargement. Il avait deux autres membres d’équipage supplémentaires – en plus du conducteur et du commandant, le véhicule avait également un opérateur de missile et un pourvoyeur. L’objectif de cette variante était de donner aux unités d’infanterie française les moyens d’éliminer les chars ennemis tout en conservant leur grande mobilité. Les véhicules VCAC pourraient donc ainsi garder le rythme de progression de leurs homologues VBT.

Le véhicule entier pesait 13,25 tonnes et avait la même armure en acier soudé que son homologue VBT. Le blindage frontal était épais de 8 mm environ et ses flancs de 10 mm, juste assez pour le protéger contre les balles de 7,62 mm. Deux lance-grenades fumigènes et un système NBC fournissaient une protection supplémentaire.

Le véhicule était propulsé par le même moteur que le véhicule blindé de transport de troupes - le moteur Renault MIDR 06-20-45 (parfois écrit 062045 ou 06.20.45). Il s’agissait d’un moteur diesel turbocompressé de 9,84 litres produisant 220 ch. Associé à une boîte de vitesses manuelle, il permettait au véhicule de rouler à 90 km/h. Une mise à niveau était proposée, comprenant une version améliorée du même moteur (poussé jusqu'à 250 ch) et l'installation d'une transmission automatique ZF, mais la vitesse maximale ne changeait pas. Le véhicule pouvait atteindre la distance de 1000 mètres en 54 secondes en départ arrêté et il était totalement amphibie, avec une vitesse maximale dans l'eau de 8,5 km/h. Les roues avaient des suspensions indépendantes à barres de torsion et des amortisseurs hydrauliques.

La partie la plus intéressante était, bien sûr, son mécanisme de lancement. En position de transport, le lanceur était rentré dans le véhicule – ainsi, le pourvoyeur pouvait charger quatre missiles HOT. Quand cela était nécessaire, il était élevé par l'opérateur, via un système hydraulique.

scr3

VCAC Mephisto

Le lanceur peut pivoter à 360 degrés, s'élever à +10 degrés et se baisser à -10 degrés. Outre les 4 missiles chargés, le véhicule en transportait 8 autres dans le châssis (dans deux conteneurs de 4 missiles). Ces missiles étaient du type SACLOS (Semi-Automatic Command - Line of Sight/Guidage semi-automatique - ligne de vue) à guidage infrarouge/filaire. Ce type de missile demande au tireur de garder la cible en visuel pendant le vol, et le missile fera le reste.

Les missiles HOT ont les caractéristiques suivantes :

  • Calibre : 150 mm
  • Vitesse de vol : 240 m/s
  • Portée : 75 à 4000 mètres

Trois types de missiles HOT ont été utilisés au fil des ans :

  • HOT-2 (ogive HEAT standard avec pénétration de 1250 à 1300 mm de BHL sans interférence ERA)
  • HOT-2MP (une ogive polyvalente spéciale qui pénètre dans la cible puis libère 1000 petites billes pour détruire l'intérieur, de plus un composé chimique spécial entoure la section HEAT et génère un important effet incendiaire)
  • HOT-3 (ogive HEAT tandem avec pénétration de 1250 à 1300 mm de BHL après avoir vaincu l'ERA)

La tourelle accueille les éléments suivants :

  • Viseur GIAT M590 de type miroir gyro-stabilisé avec grossissement diurne ×3 et ×12
  • Caméra MEPHIRA qui permet de tirer de nuit à une portée maximale de 2 500 mètres

En 1992, la tourelle a été améliorée ainsi :

  • Tracker IR amélioré (résistance considérablement accrue face aux contremesures optiques comme la fumée et les APS soft-kill)
  • Imagerie thermique améliorée

On ignore quand la production de ce véhicule a commencé, quand elle a pris fin et combien d'exemplaires ont été fabriqués. Diverses sources suggèrent que ce véhicule est toujours en service en France (il devrait être remplacé par une autre plate-forme au cours de la prochaine décennie), avec environ 135 unités fabriquées pour les Français. Le Qatar en aurait 24, Chypre 18 et une douzaine de véhicules d'origine française auraient été récemment vendus au Liban. Le VAB a participé à un grand nombre de missions de maintien de la paix (partout où ont été impliqués les Français), mais la variante Mephisto n'a probablement jamais été au combat.

Dans Armored Warfare, le VCAC Mephisto sera un chasseur de chars de rang 8, qui marquera un nouveau départ de gameplay pour les branches italiennes et françaises de CCP. Ce sera un chasseur de chars à roues à missiles, un peu comme le Kornet-EM ou le VBL INGWE. Il est rapide, maniable (pour un véhicule à roues) et a un bon camouflage, ce qui en fait un chasseur idéal de CCP à longue portée. Cependant, il y aura des variations.

scr4

Comme vous le savez déjà, le concept du parc de véhicules de Francine De Laroche est de donner des choix aux joueurs. Le Mephisto vous proposera donc des configurations variées, principalement liées au mode de tir de son lanceur ATGM à 4 tubes.

Lors de l'amélioration du véhicule, plusieurs choix s'offriront, vous permettant de transformer le Mephisto en un véritable chasseur à longue portée ou en un chasseur intermédiaire plus mobile avec quelques défenses actives. Par exemple, vous aurez à choisir entre :

  • APS Hard-kill SHARK
  • Amélioration du repérage et du contrôle des missiles

Le choix ultime en termes de puissance de feu devra s'effectuer entre :

  • Tirer simultanément deux missiles standards combinés à une recharge plus rapide (cette option inclut les missiles HOT-2 standards avec une pénétration de 800 mm, ou des missiles spéciaux HOT-2MP hautement explosifs avec une pénétration plus faible à 500 mm mais qui causent des dégâts très élevés, ainsi que des dégâts supplémentaires aux modules)
  • Tirer des missiles tandem HEAT HOT-3 à haute pénétration (1000 mm)

Quels que soient vos choix, nous espérons que vous apprécierez ce véhicule.

À bientôt sur le champ de bataille !

Vers le haut

Rejoignez l'action