f
s

Actualités

La branche du mois - Les canons automoteurs

Commandants !

Ce mois-ci, notre série La branche du mois se concentre sur les canons automoteurs, disponibles chez Zhang Feng. Cette branche est un peu particulière, car elle est constituée d'une classe de véhicules exclusivement dédiée au mode JcE.

scr1

Comme leur nom l'indique, les canons automoteurs (également appelés CA) sont des obusiers installés sur un châssis à chenilles ou à roues. Cependant, ce que le nom n'indique pas, c'est son composant de blindage : cette partie est arrivée un peu plus tard.

Parmi toutes les classes d'Armored Warfare, les canons automoteurs ont, dans leur forme la plus basique, les racines les plus profondes de l'histoire. L'idée de combiner un canon sur un châssis à moteur est aussi vieille que les voitures elles-mêmes, et les premiers prototypes de tels véhicules (généralement des camions civils avec un canon hâtivement fixé dessus) sont apparus avant même la Première Guerre mondiale. C'est durant la Grande Guerre que de tels véhicules ont été utilisés sur le champ de bataille pour la première fois, et même si la majorité de l'artillerie de l'époque était composée de canons tractés par des chevaux, le potentiel des canons automoteurs n'avait pas échappé au regard attentif des stratèges militaires.

La période de l'entre-deux-guerres a vu un développement limité de ce type d'arme, mais c'est la Seconde Guerre mondiale qui a fermement établi l'importance des canons automoteurs en tant qu'appui feu pour des armées désormais très mobiles. En d'autres termes, les tactiques avaient changé depuis la Grande Guerre : là où des centaines de canons étaient massés pour pilonner des positions statiques pour l'essentiel, la Wehrmacht avançait désormais à travers l'Europe à un rythme encore jamais vu.

Bien entendu, ce changement représentait de nombreux défis pour les unités d'artillerie des deux camps. Ces défis pourraient remplir d'innombrables livres, mais pour résumer, l'infanterie mobile moderne avait besoin d'un appui feu mobile et relativement précis : cela signifie que l'artillerie devait être en mesure de se déplacer rapidement (avec un châssis à roues ou à chenilles), mais devait également bénéficier d'une protection adéquate. Un appui feu précis nécessite de s'approcher des lignes de front, et par conséquent, rend plus vulnérable aux tirs ennemis.

Dans de nombreux cas, de tels véhicules de soutien étaient également utilisés pour l'appui feu direct : plutôt que d'avoir recours à des tirs balistiques d'artillerie classique pour attaquer l'ennemi par le dessus, le tir en ligne de vue directe permettait une précision accrue. Par conséquent, de tels véhicules devaient comprendre un blindage conséquent, car contrairement à l'ancienne artillerie, ils seraient confrontés cette fois à des tirs directs.

Les deux plus grands partisans de cette approche étaient les Allemands, suivi des Soviétiques. Dès le début de la guerre, les Allemands s'étaient équipés de ce genre de véhicules d'artillerie automoteurs blindés avec la série des Sturmgeschütz. Le StuG III, qui peut être considéré comme le meilleur véhicule blindé allemand de la guerre en termes de ratio coût-performance, était essentiellement un châssis de char moyen modifié (Panzer III) avec une casemate sur le dessus, abritant un canon de 75 mm (une version courte au début, puis une version avec un canon plus allongé plus tard) et une rotation de canon limitée. Le canon disposait d'une élévation supérieure à celle d'un canon de char standard. Par conséquent, le véhicule était donc capable de tirer aussi bien directement qu'indirectement.

scr2

Par rapport à un char standard, cette configuration permettait au StuG de porter un canon plus grand que ce que permettait normalement le châssis et de fonctionner à la fois comme un véhicule d'artillerie et comme un chasseur de chars. La rotation limitée du canon était un inconvénient, mais ce défaut n'était pas critique si le véhicule était utilisé correctement - soit pour bombarder l'ennemi en utilisant son excellente élévation de canon, soit pour engager l'ennemi à distance. Cette approche exigeait un blindage frontal assez épais, mais le reste du blindage était relativement peu épais, ce qui rendait son poids moins élevé et sa mobilité accrue.

D'autres véhicules d'artillerie automoteurs allemands tels que le Hummel étaient équipés d'un canon véritablement puissant. Dans l'ensemble, cette approche fut couronnée de succès et influença le développement de l'artillerie automotrice pendant de nombreuses décennies, jusqu'à aujourd'hui. L'équivalent soviétique des StuG était la série SU (Samokhodnaya Ustanovka). Les Russes appliquaient à peu près la même approche, mais bien entendu, il existait des différences de doctrine. En règle générale, les canons automoteurs russes étaient mieux blindés et plus lourds, le SU-152 et l'ISU-152 étant le summum de l'ingénierie des canons automoteurs de la Seconde Guerre mondiale (à l'exception des monstres comme le Sturmtiger, qui n'exista qu'en nombre limité et n'eut que très peu d'impact sur la guerre). Leur blindage épais et leur énorme canon de 152 mm leur valurent le surnom de Zveroboy (« tueur de bêtes »), en raison de leurs obus géants capables d'effacer sans mal des chars aussi lourds que le Tigre.

Les Américains eux aussi se lancèrent dans la course aux canons automoteurs, mais leur approche était quelque peu différente. Pour eux, l'infanterie devait soutenir l'artillerie, et non l'inverse. Les canons automoteurs américains étaient plus adaptés aux tirs indirects et étaient relativement plus vulnérables. Un exemple typique était le M7 Priest, dont le blindage était non seulement peu épais, mais qui comportait également un toit ouvert (ce qui le rendait vulnérable à des tirs de mortier, par exemple). Ce n'était pas vraiment un inconvénient, car ceux-ci étaient rarement (du moins intentionnellement) utilisés dans un rôle de tir direct ou au cours de combats urbains. Des modèles de CA américains lourds ultérieurs ne disposaient d'aucune protection (même des protections de canon rudimentaires), et il fallut une dizaine d'années avant que ce défaut soit enfin corrigé. Quant aux Britanniques, leurs bizarreries du début de la guerre (comme les chars d'appui rapprochés qui tiraient uniquement des obus fumigènes) furent graduellement remplacées par des canons automoteurs de divers degrés de qualité avant de finir avec quelque chose de comparable à l'équipement américain, à l'exception du canon américain de 105 mm, remplacé par un obusier anglais de 25 livres.

Après la guerre, contrairement aux autres classes, l'avenir du canon automoteur ne fut jamais remis en question. Tous les grands pays réalisèrent que l'ère de l'artillerie tractée était révolue, et la direction prise resta la même : un châssis automoteur relativement léger comprenant une tourelle rotative (pour engager la cible rapidement) et deux calibres de canons qui finirent par s'unifier graduellement à partir des années 70.

scr3

Pour les Américains, le petit calibre était du 105 mm tandis que le gros calibre était du 155 mm. À la fin de la guerre du Vietnam, ils constatèrent que le petit calibre ne répondait plus aux attentes et qu'il était nécessaire d'unifier le calibre des CA futurs. Pour cette raison, les canons automoteurs américains modernes sont tous équipés de canons de 155 mm. Les canons automoteurs américains sont principalement représentés par :

  • Le M108 de 105 mm
  • Le M109 de 155 mm
  • Le M109A6 Paladin de 155 mm

Les Russes passèrent par le même cycle de développement avec le Gvozdika de 122 mm et les CA Akatsiya de 152 mm pour finir avec les canons russes modernes de 152 mm comme le Koalitsiya. La plupart des premiers équipements allemands, anglais et français (tout particulièrement) provenait des stocks américains. D'autres projets nationaux virent le jour plus tard (comme le Panzerhaubitze 2000 allemand), mais tous étaient assez comparables les uns aux autres, avec le même calibre standard OTAN de 155 mm et disposant d'une grande précision.

Bien entendu, l'évolution de l'artillerie automotrice se poursuit encore aujourd'hui. Paradoxalement, durant les conflits de faible envergure, l'artillerie sur camion connaît une renaissance en raison de son prix abordable, même si les grandes armées du monde continueront sans aucun doute à utiliser des canons automoteurs blindés dans un avenir proche.

Entre le 1er et le 30 juin 2018, les canons automoteurs suivants seront disponibles à un prix réduit :

CA de rang 3 M108 - Il s'agit d'un des premiers modèles de canon automoteur américain équipé d'une tourelle. Équipé d'un obusier de 105 mm, il a été conçu à la fin des années 50 et est entré en service en 1963. Il a connu un certain succès au Vietnam contre les cibles non blindées et l'infanterie, mais il s'est révélé trop peu puissant pour venir à bout des protections ennemies et fut donc retiré dès la fin de la guerre. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 35 %

M108

CA de rang 4 2S1 Gvosdika - Le Gvozdika (signifiant oeillet en russe) a été développé à Kharkov pour fournir aux unités soviétiques une puissance de feu mobile conçue pour détruire les troupes ennemies, l'artillerie et les fortifications. Son développement s'est inspiré des modèles occidentaux. Contrairement au M108, le Gvozdika a été produit pendant deux décennies à partir de 1971 et a été largement exporté. Il a participé à de nombreux conflits, son canon de 122 mm était capable d'amener un appui feu y compris sur des théâtres d'opérations modernes. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 35 %

gvo

CA de rang 5 M109 - Équipé d'un puissant canon de 155 mm OTAN, le M109 est le grand frère du M108. Le M108 et le M109 ont tous deux été employés au Vietnam, mais le M109 connut un plus grand succès en raison de sa puissance de feu et resta en service bien après la fin de la guerre, au fil de multiples améliorations. Sous une forme largement modifiée, il est encore en service aujourd'hui. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 35 %

M109

CA de rang 6 2S3 Akatsiya - L'Akatsiya était au Gvozdika ce que le M109 était au M108 – Une version plus puissante équipée d'un canon de 152 mm. Comme le M109, il connut le succès et fut également exporté, mais à une moindre échelle que le Gvozdika. Il est encore en service de nos jours et apparaît dans divers conflits contemporains, comme en Syrie. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 35 %

aka

CA de rang 7 Palmaria - Le Palmaria est une tentative italienne de développer un canon automoteur au calibre de 155 OTAN avec l'idée de partager des composants avec le char de combat principal OF-40. Il était conçu pour l'exportation et en dépit de son peu de succès, il se rendit célèbre en apparaissant en Lybie, malgré l'embargo sur les armes imposé au pays. La plupart des Palmaria lybiens ont vraisemblablement été détruits lors du récent conflit. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 25 %

palma

CA de rang 7 PLZ-89 - Pour faire simple, le PLZ-89 est une copie chinoise du Gvozdika utilisant des pièces soviétiques anciennes. Il a grosso modo la même puissance de feu que le Gvozdika, mais il possède de nombreux composants électroniques améliorés qui lui donnent une plus grande précision que la pièce d'artillerie russe vieille de 20 ans. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 25 %

plz89

CA de rang 8 M109A6 Paladin - Le Paladin est une variante largement modernisée du M109 actuellement en service dans l'U.S. Army et d'autres armées occidentales. C'est une pièce d'artillerie efficace, mais son âge commence à se faire sentir et les Américains travaillent déjà à son remplacement. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 25 %

M109A6

CA de rang 9 Panzerhaubitze 2000 - Le Panzerhaubitze 2000 est un CA de 155 mm résultant de l'échec du développement conjoint d'un véhicule d'artillerie moderne entre l'Allemagne, l'Angleterre et l'Italie. Il a servi en Afghanistan et c'est un des CA les plus modernes en service à ce jour. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 20 %

pzh

CA de rang 9 PLZ-05 - Autre CA à la pointe de la technologie, ce modèle vient de Chine. Il marque le passage du calibre soviétique de 152 mm au 155 qui est la norme au sein de l'OTAN et qui permet d'augmenter sa puissance de feu par l'intégration de technologies occidentales plus avancées. Un petit nombre de ces véhicules sophistiqués et coûteux a été construit et actuellement, 300 à 400 exemplaires sont en service. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 20 %

plz05

CA de rang 10 Centauro 155 - dernier véhicule de la branche CA, le Centauro 155 italien (surnommé Porc-épic) est un modèle atypique. D'une part, c'est le seul canon automoteur sur roues disponible dans le jeu. Il est donc très rapide et très manoeuvrable, mais le calibre de son canon est tout ce qu'il y a de standard : 155 mm OTAN Sa grande mobilité en fait un excellent véhicule de soutien, et entre de bonnes mains, il peut rapporter un joli paquet de Crédits. Lisez notre article dédié pour en savoir plus.

  • Réduction : 15 %

centaur

Dans Armored Warfare, les canons automoteurs sont la seule classe à mode restreint. Ils ne peuvent être utilisés qu'en mode JcE. Ils possèdent les caractéristiques suivantes :

  • Capacité à effectuer des tirs indirects
  • Les plus gros calibres de jeu (typiquement 152 mm ou 155 mm aux rangs élevés)
  • Blindage le plus faible du jeu
  • Mobilité la plus faible du jeu

La capacité de tir indirect est spécifique à cette classe. En appuyant sur Shift, un opérateur de CA peut basculer vers une vue aérienne « satellite » permettant de cibler des ennemis situés pratiquement n'importe où sur la carte. Étant donné que les canons des CA peuvent être pointés selon un angle très élevé, les obus peuvent franchir de nombreux obstacles et retomber sur les véhicules ennemis par le dessus. Bien que cela puisse sembler un avantage majeur par rapport à n'importe quelle autre classe, les CA ont un certain nombre de restrictions et de limitations.

D'une part, les tirs indirects ne sont pas précis. Dans la plupart des cas, les CA endommagent leurs cibles grâce aux ondes de choc et aux fragments d'obus qui explosent à proximité (ce que les joueurs appellent souvent le « splash »). En réalité, la plupart des véhicules d'artillerie ne peuvent tirer que des obus HE. Le blindage de la partie supérieure des chars les plus lourds est souvent peu épais, ce qui signifie qu'un coup direct, même avec un obus HE à faible pénétration, est absolument dévastateur. Cependant, il est rare que de tels tirs atteignent leur cible. Un autre facteur est le temps de déplacement de l'obus :

les obus HE sont généralement assez lents, et plus le véhicule est éloigné de la ligne de front, plus ils prennent de temps à atteindre leur cible. Par conséquent, il est très difficile d'atteindre des cibles rapides en déplacement, et il est préférable de se concentrer sur des cibles fixes ou lentes telles que les CCP. L'arc de trajectoire de l'obus, bien que plus raide que celui des canons à tir direct, a également ses limites. Certains obstacles de grande taille, tels que les rochers ou les bâtiments, sont impossibles à éviter, ce qui rend l'utilisation des canons automoteurs très difficile dans les environnements urbains.

Enfin, dans Armored Warfare, le tir indirect des CA est équilibré par leur vulnérabilité à courte portée : ils sont très lents et possèdent un blindage peu épais, ce qui rend le combat à courte distance quasi suicidaire. À courte ou moyenne portée, un CA sera battu par n'importe quel autre véhicule du jeu et devra compter sur sa longue portée pour survivre en toutes circonstances.

Il existe actuellement une seule branche de CA en jeu, composée d'un mélange de véhicules de tous les pays. Ils sont tous différents en raison de leur nombre réduit, mais de façon schématique, on peut diviser les CA en deux types :

  • Les CA à tir rapide
  • Les CA précis

Comme leur nom l'indique, les CA à tir rapide tirent des obus plus rapidement que les CA standards, en contrepartie d'une précision réduite. Ils peuvent tirer des salves similaires au système de « chargeurs » de certains canons mitrailleurs, qui contiennent plusieurs obus (généralement trois) pouvant être tirés rapidement, suivis d'un temps de rechargement plus long. On peut citer :

  • Le 2S3 Akatsiya
  • Le Panzerhaubitze 2000
  • Le PLZ-05 (choix de canon en option)

À l'inverse, les CA précis ont un temps de rechargement plus long, mais constant, et sont généralement plus précis que leurs homologues à tir rapide. Voici les autres CA :

  • Le M108
  • Le 2S1 Gvosdika
  • Le M109
  • Le Palmaria
  • Le M109A6 Paladin
  • Le Centauro 155

Le dernier véhicule est unique même parmi les CA, car il s'agit en fait d'une plateforme sur roues. Cela le rend très rapide par rapport aux CA traditionnels, mais il reste assez vulnérable.

Les CA d'Armored Warfare conviennent aux joueurs qui préfèrent une expérience JcE plus détendue. La chasse aux véhicules contrôlés par l'IA peut être tout aussi amusante pour de nombreux joueurs qui ne recherchent pas forcément une expérience hardcore et compétitive. Aux niveaux de difficulté plus élevés, il peut être difficile d'obtenir des résultats satisfaisants avec un CA. Cependant, si vous êtes du genre à vouloir aider vos alliés de loin ou même à détruire à l'occasion une vague d'ennemis à vous seul pour obtenir la reconnaissance de vos équipiers, la classe de CA est faite pour vous !

À bientôt sur le champ de bataille !

Vers le haut

Rejoignez l'action