f
s

Actualités

Présentation de la récompense ultime du scénario de campagne

Commandants !

Nous sommes ravis de vous présenter la récompense ultime de la première saison de la Campagne scénarisée. Les joueurs qui terminent tous les épisodes de cette campagne pourront, entre autres choses, obtenir un Abrams AGDS !

scr1

Abrams AGDS

Le Abrams AGDS est un projet de véhicule proposé en juillet 1993 par le Dr. Asher H. Sharoni (un ancien colonel des forces de défense israéliennes) et par Lawrence D. Bacon, par l'entremise d'une entreprise californienne appelée Western Design Howden. C'était un fournisseur du département de la Défense américain, spécialisé dans le développement de systèmes d'armes. L'entreprise existe toujours, mais en 2004 elle a été renommée Meggitt Western Design puis elle a été vendue au groupe Meggitt PLC et fut absorbée dans les autres filiales.

La raison principale ayant motivé la proposition du Abrams AGDS était que l'armée américaine, comme les autres armées du monde, commençait à faire face à des ennemis disposant de capacités technologiques supérieures. Cela incluait spécialement les menaces suivantes :

  • Appareils aériens tactiques (avions de combat, avions en configuration d'attaque au sol)
  • Hélicoptères
  • Drones
  • Infanterie et véhicules légers équipés de missiles guidés
  • Un grand nombre de véhicules de combat d'infanterie de l'ancienne Union soviétique fut vendu pendant les “soldes” de l'armée russe, et presque tout était disponible pour qui pouvait se le permettre, ce qui engendra une prolifération de ces véhicules.

L'armée américaine n'avait pas beaucoup de moyens pour contrer certaines de ces menaces, tout au moins de façon universelle. Depuis les années 60, les Américains combinaient l'utilisation de leur célèbre M163 Vulcan AA (équipé du canon rotatif 20 mm éponyme) et le transporteur MIM-72 à missiles Chaparral, armé avec une version sol-sol du célèbre missile Sidewinder.

Cette solution était cependant sujette à de nombreux problèmes. Le Vulcan avait un temps de réaction très rapide et pouvait facilement démolir des hélicoptères, mais sa portée était extrêmement courte, environ un tiers de la portée des missiles antitanks utilisés par l'hélicoptère soviétique Mi-24 Hind. De plus, son radar était à courte portée, car il aurait été inutile d'installer quelque chose de plus puissant sur un système d'armement ayant une portée maximale de 1 200 m.

Le système Chaparral pouvait engager des hélicoptères à des distances supérieures et avait un radar plus puissant, mais il prenait bien plus de temps à être opérationnel – assez longtemps pour qu'un hélicoptère puisse surgir d'une couverture, tirer un missile et se cacher de nouveau. De plus, le Chaparral n'avait pour ainsi dire aucun blindage, et était absolument sans défense lors d'attaques au sol.

scr1x

MIM-72 Chaparral

La solution était supposée être un nouveau système antiaérien à l'échelle divisionnaire (le programme était appelé DIVAD, pour Division Air Defense). Plusieurs solutions furent envisagées (dont certaines étaient plutôt surréalistes, comme armer un châssis de Patton avec un canon rotatif 30 mm GAU-8 Avenger habituellement utilisé sur l'avion de combat A-10 Thunderbolt II), mais la solution la plus prometteuse était le M247 Sergeant York de Ford Aerospace, proposée en 1978. Il s'agissait du châssis M48 équipé de deux canons 40 mm Bofors dans une nouvelle tourelle. Le M247 s'avéra être un désastre : il était horriblement peu fiable, peu précis et mauvais pour engager des cibles. Après une phase de développement de 6 ans qui s'acheva en 1984, il était également obsolète car les nouveaux missiles soviétiques avaient une portée supérieure à celle de ses canons 40 mm. Bien que ces problèmes furent connus assez tôt, le projet fut maintenu en vie jusqu'en 1985, tout simplement parce qu'il n'y avait rien d'autre pour le remplacer. Il fut annulé en août 1985 après qu'une cinquantaine de ces horreurs peu fiables furent construites, laissant l'armée américaine sans rien d'autre excepté la paire obsolète Vulcan-Chaparral.

scr2

M247 Sergeant York

En 1985, un autre système antiaérien apparut – ADATS (Air Defense Anti-Tank System), de Oerlikon-Contraves. Il s'agissait d'un énorme lanceur de missiles capable d'engager des cibles terrestres et aériennes. Le système était efficace, mais il était extrêmement cher et le projet ne fut pas accepté en service en raison de restrictions budgétaires (avec un petit nombre de véhicules servant au Canada à partir de 1989).

Finalement, l'armée américaine opta pour l'Avenger pour son système antiaérien à courte portée (une batterie de missiles FIM-92 Stinger installée dans un châssis de Humvee), produit en 1987 et officiellement entré en service en 1990.

scr2x

Avenger

L'Avenger n'était pas vraiment capable de résoudre les problèmes qui handicapaient les systèmes antiaériens américains. Il ne pouvait pas tirer au sol, et n'avait pas de canons. De plus, l'utilisation du système LAV-AD était restreinte aux U.S. Marines, car l'armée n'utilise pas la plate-forme LAV.

Afin d'apporter une solution à ces problèmes, le Dr. Sharoni aboutit à la même conclusion qui se matérialisa en Russie sous la forme de la série des Terminator – un véhicule à double usage capable de s'occuper de cibles aériennes et terrestres, y compris celles équipées d'un puissant blindage. Il appelait son projet Armored Ground Defense System (AGDS).

D'après ses analyses, les exigences d'un tel véhicule devaient être les suivantes :

  • Bon blindage avec des niveaux de protection identique à celui du char principal M1 Abrams
  • Économique, en utilisant autant de pièces existantes que possible
  • Fiable et facile à entretenir
  • Un temps de réaction rapide était essentiel
  • Multiples systèmes d'armement pouvant engager n'importe quel type de cibles sur plusieurs distances
  • Capable de tirer en se déplaçant
  • Mobilité lui permettant de rester au contact des tanks Abrams et des VCI Bradley
  • Capacité tout temps, jour/nuit
  • Protection nucléaire, bactériologique et chimique

Le système d'armement devait respecter ces demandes, tout comme l'expérience au combat et l'utilisation tactique prévue Le véhicule AGDS allait accompagner les unités blindées et d'infanterie, ce qui allait le placer en première ligne (d'où les exigences de protection) Dans de telles situations, rencontrer des blindés ennemis était fort possible, et c'est pour cela que le système AGDS devait être capable de les détruire – et cela signifiait l'utilisation de missiles guidés.

scr3

Un autre élément était l'expérience AA gagnée lors des conflits précédents. En 1996, les leçons apprises lors de la guerre soviétique en Afghanistan étaient arrivées à l'ouest. Pendant ce conflit, les Soviétiques utilisaient des canons antiaériens automoteurs à tir rapide, comme le Shilka 23mm à 4 canons, pour combattre les moudjahidines avec succès. La pluie d'obus 23 mm déchiquetait les combattants qui se trouvaient dans la zone de tir du véhicule. Le même phénomène se reproduisit quelques années plus tard pendant la guerre civile yougoslave, où les doubles canons automoteurs Praga 30 mm furent utilisés avec une efficacité mortelle. En d'autres mots, deux canons mitrailleurs ou plus étaient l'idéal pour ce genre de tâches.

L'idée d'armer un châssis de tank avec une tourelle antiaérienne (ce qui est apparu dans le programme DIVAD) était une idée essentiellement correcte. Ainsi, le véhicule allait disposer d'une mobilité suffisante et offrir une protection considérable (sauf si on utilisait un châssis obsolète comme celui du M48, et c'était le cas avec le Sergeant York). Et c'est ainsi que naquit la proposition Abrams AGDS.

Le concept Abrams AGDS consiste en un châssis standard Abrams, avec une tourelle d'un nouveau design. Ce véhicule de combat de première ligne offre un niveau de protection de tank à son équipage (et peut être amélioré en utilisant des kits ERA standards de l'Abrams), tout en étant capable de rester au contact avec des formations américaines composées d'Abrams et de Bradley. Le véhicule transporte trois hommes (commandant, tireur et pilote).

Le châssis est celui de la version M1A2. D'après les estimations du Dr. Sharoni, il peut accueillir 20 à 25 % de charge supplémentaire par rapport au M1A2 Abrams standard (ce qui fut démontré plus tard avec l'apparition de kits de blindage lourd supplémentaire). Sous sa forme de base, le Abrams AGDS pèse entre 55 et 60 tonnes. Le moteur serait toujours le moteur à turbine Honeywell AGT 1500, produisant environ 1500 chevaux pour un ratio poids/puissance de 25 chevaux par tonne, avec une vitesse maximale d'environ 65 km/h.

scr4

La plus grande amélioration, cependant, est la tourelle. Le niveau de protection de la tourelle est au même niveau que le reste du tank, en raison de l'utilisation d'un blindage composite moderne et de la présence de lance-pots fumigènes et de panneaux explosifs. La tourelle accueille 2 principaux systèmes d'armement (et une mitrailleuse commandée à distance) :

  • Missiles ADATS
  • 2 canons mitrailleurs 35 mm Bushmaster III

Les deux systèmes étaient capables de tirer en se déplaçant.

Les missiles ADATS sont le système d'arme principal du véhicule. Ils sont stockés dans deux systèmes escamotables de six missiles, qui se dissimulent dans le châssis lorsqu'ils ne sont pas en position de tir. Ces énormes missiles 152 mm HEAT FRAG pèsent 51 kg chacun (dont 12, 5 kg d'explosifs) et peuvent engager des cibles terrestres et aériennes, avec une capacité de pénétration d'environ 900 mm de BHL (bien que cette estimation soit plutôt basse et vraisemblablement incorrecte, d'autres sources affirmant que la performance atteigne les 1300 mm). La portée maximale de ce système est de 10 km pour les cibles aériennes et terrestres, et la vitesse terminale du missile est supérieure à Mach 3 (1027 m/s).

Les canons mitrailleurs 35 mm Bushmaster III sont utilisés pour le combat rapproché contre les des avions, les hélicoptères et les cibles faciles. Ils peuvent tirer des munitions HE ou APFSDS (grâce à leur double système d'alimentation) avec une vitesse à la bouche de 1400 m/s pour une cadence de 250 coups par minute par canon (soit 500 tirs par minute pour les deux canons en même temps). Pour économiser les munitions, les canons fonctionnent mieux lorsque l'on tire en rafales d'1,5 à 2 secondes. L'élévation du canon était de 90 °, sa dépression de - 15 °.

Autres avantages du véhicule :

  • Systèmes électroniques avancés, permettant au commandant de suivre 10 cibles à la fois
  • Capteurs avancés, capables de découvrir les ennemis à longue distance
  • Compatibilité des pièces avec celles des tanks Abrams
  • Apparence identique à celle du Abrams, ce qui rend difficile pour les ennemis de le distinguer des autres tanks

Tout au moins, c'était le concept.

En réalité, le Abrams AGDS ne dépasse pas le stade de la planche à dessin. Plutôt que de construire un véhicule multirôle de protection rapprochée, l'armée américaine reçut une version antiaérienne du Bradley appelée M6 Linebacker (sa production commença en 1997). Cependant, nous avons choisi pour sa nature unique et son approche de conception réaliste.

Dans Armored Warfare, le Abrams AGDS sera un véhicule de rang 9 qui s'obtiendra en récompense, et qui apparaîtra lors de la mise à jour 0.23. Grâce à ses lance-missiles escamotables, il sera capable de détruire n'importe quelles cibles rencontrées sur le champ de bataille, tandis que sa mobilité lui permettra de se sortir de situations dangereuses.

Vous êtes intéressé par ce véhicule mais vous n'avez pas terminé l'Épisode 1 et l'Épisode 2 ? Ne vous inquiétez pas : vous pourrez vous rattraper lors de l'Épisode 3, qui sortira en septembre 2017 – mais sachez que les objectifs seront difficiles.

À bientôt sur le champ de bataille !

Vers le haut

Rejoignez l'action