f
s

Actualités

Véhicules à la une : BMD-4

Dans nos articles récents, nous avons couvert l'histoire du développement du VCB BMD-3 :

En résumé, le VCB aéroporté du BMD-3 était censé remplacer le BMD-1, mais il n'a pas réussi à atteindre l'objectif de devenir le pilier des forces aériennes russes. Avec la chute de l'Union soviétique, l'armée russe notoirement sous-financée ne pouvait se permettre d'acheter que 137 de ces véhicules, plutôt que les centaines prévues. La production a pris fin en 1997.

scr1

Cependant, la VDV (division russe aéroportée) voulait toujours un véhicule avec une puissance de feu nettement améliorée. C'est à ce moment que le BMD-4 est arrivé.

Les années 1990 ont été assez difficiles pour l'usine de tracteurs Volgograd (VTZ), le fabricant du BMD-3. Les réductions budgétaires massives du ministère de la Défense russe ont mis fin à de nombreux projets prometteurs et, à la fin des années 1990, lorsque le BMD-3 était encore en production (elle-même couverte par des prêts), la société était réduite à survivre avec des contrats de maintenance de moteurs. Pour empirer les choses, plusieurs conflits avaient éclatés entre VTZ et l'armée russe concernant la qualité de fabrication de la BMD-3. Plus tard, il a été prouvé que la majorité des problèmes étaient causés par une maintenance insuffisante de l'équipage, une utilisation incorrecte et une formation insuffisante.

Puis, il y eut le problème non-résolu de la puissance de feu du BMD-3. Au début de son développement, il avait été décidé d'armer le véhicule avec une tourelle capable de porter un canon à basse pression de 100 mm (également capable de tirer des missiles) et un canon mitrailleur de 30 mm. La solution pour le VTZ post-soviétique était d'utiliser la tourelle développée par KBP Tula pour le BMP-3. Le développement de cette variante a commencé à la fin des années 1990, et il a été prouvé rapidement que la coque du BMD-3 pourrait porter cette tourelle à 2 opérateurs, connue sous le nom de « Bakhcha-U ».

Cette tourelle d'acier disposait d'un système d'armement 2K23, comprenant un canon 2A70 de 100 mm couplé à un canon automatique 2A72 de 30 mm et d'un canon automatique. Les missiles pouvaient être lancés à l'aide du canon de 100 mm. Les deux canons pouvaient s'élever jusqu'à 60° (l'une des caractéristiques les plus importantes du BMP-4 était sa capacité à pouvoir engager le combat avec des hélicoptères), et s'abaisser jusqu'à -6 °. Le véhicule transportait 38 obus pour son canon 100 mm, 464 obus 30 mm et 4 missiles guidés par laser 9M117M1 Arkan capables de détruire les cibles blindées à 4 km de distance ou moins. Les armes étaient stabilisées avec un stabilisateur 2E52-2. Le canon de 100 mm était chargé automatiquement depuis un carrousel sous la ligne de la tourelle.

Cette tourelle était associée au châssis du BMD-3 pour produire ce qui était essentiellement une variante du BMD-3, appelée Object 960. En dehors de la nouvelle tourelle, le châssis était pratiquement inchangé, à l'exception du fait qu'il y avait 3 membres d'équipage au lieu de 2 (la tourelle comprenait un commandant et un tireur). Le poids du véhicule avait été augmenté de 400 kg à 13,6 tonnes.

scr2

Tout comme son prédécesseur, l'Object 960 était protégé contre les tirs de balles antiblindage 12,7 mm à 75 m, et le reste du châssis était protégé contre les balles 7,62 mm (y compris contre les balles antiblindage). Le véhicule a également été propulsé par le même moteur : le diesel polycarburant 450hp 2V-06-2. La vitesse maximale avait légèrement chuté de 67 km/h en raison de l'augmentation de poids, mais le véhicule restait amphibie.

Le prototype du BMD-4 est apparu aux environs de 2002 et a entrepris des tests militaires avec les forces aéroportées russes, avec des résultats au mieux mitigés. Le véhicule était plus lourd, ce qui a eu un impact négatif sur sa maniabilité, mais surtout, pour son prix relativement élevé, ce n'était pas vraiment une grande amélioration. La tourelle avait plus de puissance de feu (VTZ avait affirmé que la valeur au combat du BMD-4 était 2,5 fois supérieure à celle du BMD-3), mais elle était essentiellement basée sur la technologie des années 1980. Les caractéristiques véritablement modernes que les forces aéroportées avaient demandées, comme la capacité à fournir un appui feu indirect en utilisant le réseau de ciblage VDV, n'existait tout simplement pas.

Néanmoins, le véhicule a été accepté en service le 31 décembre 2004 sous la désignation officielle BMD-4.

Les estimations concernant le nombre de BMD-4 véritablement produits varient en fonction des sources, en reconstruisant quelques BMD-3 avec des estimations allant de 14 à 60 véhicules. La variante la plus probable semble être que le cycle de production s'est déroulé de 2004 à 2008, avec 30 véhicules produits. Les quatre premiers véhicules ont été officiellement affectés au 137e régiment de la 106e division aéroportée des gardes en mai 2005.

scr3

La section aéroportée russe n'a jamais été vraiment satisfaite de ces véhicules, en raison des problèmes susmentionnés et de leur faible fiabilité, qui est apparue de nouveau durant leur service. Cependant, il n'y eut aucun conflit cette fois car VTZ avait déclaré faillite avant la fin de la production. Le développement du BMD a ensuite été transmis à Kurganmashzavod. Il est parvenu à améliorer considérablement le BMD-4 en BMD-4M, que nous aborderons dans un prochain article car cette version ne concerne pas le véhicule de rang 6.

Le BMD-4 original (ou son successeur, le BMD-4M) n'a jamais été exporté ni utilisé en combat.

Dans Armored Warfare, le BMD-4 est un véhicule de combat blindé de rang 6 dans l'arbre de véhicules de Marat Shishkin. Il est précédé dans sa branche par le BMD-2, et est suivi de la variante modernisée du BMD-2 appelée BMD-2M.

Il est très agile, mais pas très résistant. Il convient aux embuscades à longue distances grâce à ses puissants missiles guidés, à l'élimination d'éclaireurs ennemis, et bien entendu au repérage. La petite taille du BMD-4 lui permet de rester caché et son excellente portée visuelle permet de repérer les adversaires imprudents.

À bientôt sur le champ de bataille !

Vers le haut

Rejoignez l'action