f
s

Actualités

Véhicules à la une : Type 80-II

Au début des années 80, il devint de plus en plus évident pour les commandants de l'Armée Populaire de Libération chinoise que leurs tanks étaient devenus obsolètes. Les modèles en service actif étaient pratiquement tous des Type 59 remis à jour, une copie chinoise du char de combat principal soviétique T-55A. En dépit du fait que les modèles les plus récents, comme le Type 69 ou même le Type 70 n'avaient que peu de choses en commun avec design de la Seconde Guerre mondiale, le potentiel d'amélioration de ces châssis avaient atteint ses limites. Les facteurs limitants étaient sa petite taille et une tourelle qui ne pouvait pas accepter une puissance de feu suffisante.

scr1

Il y avait également la question des performances réelles en combat. Au début des années 80, la Chine a vendu un certain nombre de Type 69 à l'Irak. Ils ne se sont pas bien comportés contre un adversaire aussi peu organisé que l'Iran, et bien que cela ne fut une surprise pour personne que de voir toutes les forces blindées irakiennes se faire anéantir pendant la guerre du Golfe, ses performances furent cependant une désagréable surprise pour la Chine. En résumé, il était temps de passer à quelque chose de mieux.

Les experts militaires chinois n'étaient pas aveugles et ils savaient ce qui existait à l'extérieur. Côté russe, ils voyaient les formidables T-62 et T-72, tandis que les forces du côté de l'OTAN armaient leurs chars avec de puissants canons 105 mm L7 et ses variantes, qui est l'une des raisons principales pour lesquelles les Russes développèrent des canons à âme lisse. Pour résumer, il y avait beaucoup d'inspiration à prendre, mais il était moins facile de mettre la main sur ces tanks.

Le T-62 était déjà à leur disposition depuis la guerre sino-soviétique de 1969, car les forces chinoises réussirent à en capturer un intact. La technologie de ce véhicule fut utilisée pour améliorer le Type 59 mais, comme le prouvèrent les statistiques en combat réel, il était déjà vétuste et il ne se comportait pas spécialement bien, sauf s'il était manœuvré par des équipages russes.

scr2

De plus, à cette époque, les Chinois ne pouvaient pas récupérer des équipements soviétiques de façon directe, mais leur implication lors de la guerre Iran-Irak leur donna la possibilité d'étudier d'un peu plus près les T-72, ainsi que les Patton utilisés par les Iraniens. Cependant, la première fois que les Chinois expérimentèrent le L7 survint lorsqu'une compagnie de fabrication d'obus chinoise réussit à obtenir un canon L7 d'Autriche à la fin des années 70. Ce canon a ensuite fait l'objet d'une rétroconception pendant presque cinq ans et il fut adapté à plusieurs projets, notamment le Type 79, sous la désignation de canon Type 83 105 mm.

En dépit de ces obstacles, les Chinois réussirent à étudier suffisamment de designs étrangers pour aboutir à un nouveau programme de construction d'un char de combat principal de seconde génération en 1978, avec comme objectif le remplacement de la flotte vieillissante de tanks domestiques Type 59. En 1981, ce programme reçut comme désignation WZ-122. Concernant la dénomination chinoise du programme : WZ est une désignation de projet similaire à “Object” en russe mais avec un sens plus large, tandis que 122 fait référence à un CCP de seconde génération.

Ainsi, le nom “WZ-122” ne fait pas référence à un seul tank en particulier mais à plusieurs véhicules développés lors de ce même programme. Les prototypes du programme sont désignés sans l'utilisation du préfixe WZ mais avec la désignation du prototype. Par exemple, un prototype pourrait être appelé 122 san ji. Pour complexifier la chose, un véhicule résultant de ce programme peut être également appelé par le nom du programme avec en plus un suffixe - le WZ-122H est l'un des résultats du programme WZ-122, son nom militaire est ZTZ-96 et on l'appelle couramment Type 96.

scr3

Pour en revenir au programme WZ-122, il a été donné à China North Industries Corporation (plus connu sous le nom de NORINCO) et plus spécifiquement à une de ses filiales, First Inner Mongolia Machinery Factory (également connu sous le nom d'Usine de tanks Baotou ou Usine 617), un site de production spécialisé en équipements lourds, fondé en 1954 à Baoutou (Chine du Nord, région autonome de Mongolie intérieure). Cette usine était chargée de la production du blindé Type 59 et ses variantes, et elle était parfaitement qualifiée pour produire le nouveau projet de CCP chinois. L'Institut 201 (maintenant appelé institut de recherche de véhicules de Chine du Nord), l'Usine 447 et l'Usine 616 participèrent également.

Comme toujours avec les chars chinois, il est difficile de trouver des informations sur le développement du véhicule, et la plupart des informations disponibles sont des spéculations occidentales. Nous savons cependant que le développement s'est déroulé entre 1981 et 1987 (bien que certaines pièces ont été développées dès 1974).

Douze prototypes ont été construits entre 1981 et 1987, et ils ont tous passé des tests rigoureux dans tous les types d'environnement que l'on peut trouver en Chine, dont des marécages, du désert et des régions montagneuses extrêmement froides. Ils ont parcouru au total 100 000 km, dont 50 000 pendant les essais officiels du gouvernement.

Le véhicule qui en résulta fut considéré supérieur à n'importe quelle version du Type 59 (y compris le Type 79), et il fut officiellement accepté en service sous la désignation de Type 80 (nom d'usine ZTZ-80) le 4 février 1988.

scr4

Le Type 80 original était d'un design classique, ressemblant aux véhicules soviétiques avec sa tourelle moulée aux formes arrondies. Son équipage était de quatre hommes (commandant, pilote, tireur et pourvoyeur). Le Type 80 original était vraiment léger, à peine 38 t.

Ce qui le rend instantanément reconnaissable par rapport aux variantes Type 59 sont ses nouvelles suspensions, utilisant des roues recouvertes de caoutchouc avec des barres de torsion.

Le châssis et la tourelle étaient en acier, sans aucun composite. La plaque frontale a un angle très aigu, lui donnant une bonne protection contre les obus des années 80, mais guère plus après cette époque (ce qui sera amélioré ultérieurement avec l'ajout d'un kit de blindage composite). Globalement, le niveau de protection du véhicule était inférieur à celui du T-72, bien qu'il s'agissait de deux CCP de seconde génération.

Une protection supplémentaire contre les obus HEAT existait sous la forme de fines jupes latérales qui recouvraient une partie de ses flancs. D'autres mesures de protection incluaient un système anti-incendie automatique, une peinture anti-infrarouge et deux ensembles de quatre lance-pots fumigènes 76 mm.

scr5

Le véhicule était propulsé par un moteur diesel V12 turbo de 730 chevaux 12150ZL, couplé à une transmission mécanique 5 vitesses avant/1 arrière, permettant au véhicule d'atteindre la vitesse de 57 km/h, bien que la vitesse de croisière était plutôt 40 km/h et la vitesse hors-piste de 30 km/h. L'accélération était bonne, grâce à un bon ratio poids/puissance.

Le Type 80 original était armé d'un canon 105 mm Type 83 (une copie améliorée du L7 de Royal Ordnance), capable de tirer des obus APFSDS, HEAT et même HESH (y compris l'obus standard 105 mm de l'OTAN). La vitesse à la bouche était de 1455 m/s et la portée maximale était de 6 km (9,5 km avec des HESH).

Le canon était chargé manuellement. Malheureusement, il souffrait des mêmes défauts que les autres tanks soviétiques à silhouette basse : un faible débattement du canon (-5/+18 degrés). Le véhicule transportait 44 obus et sa cadence de tir était de 7 obus par minute. Le canon était entièrement stabilisé. Le système de contrôle de tir était plutôt moderne, avec des données numériques et un télémètre laser. Le commandant et le pilote disposaient également d'appareils de vision nocturne.

Le CCP Type 80, introduit ainsi en 1988, n'a jamais vraiment été utilisé en masse, mais il a servi de base au développement de deux branches plutôt différentes. L'une se termina avec le CCP Type 88 et ses variantes furent déployées par les militaires chinois. L'autre fut spécialement construite pour l'exportation et comprenait les deux chars suivants :

  • Type 80-I
  • Type 80-II

Et plus tard les séries Type 85, mais cela sera présenté dans un autre article.

Le Type 80-I a été la première tentative de mise à jour du Type 80. Il était équipé d'un SCT encore plus moderne, appelé 37A et co-développé par Marconi, comprenant des améliorations sur le viseur, le stabilisateur et l'ordinateur balistique (certains paramètres devaient encore être entrés manuellement). Le véhicule était également équipé d'un viseur à vision nocturne amélioré et d'un kit NBC plus performant. Enfin, le nombre d'obus embarqués passait de 44 à 48.

scr6

Le Type 80-II était la seconde mise à jour. Il disposait du même SCT modernisé mais également d'autres améliorations, comme :

  • Supports de stockage sur la tourelle plus robustes, offrant même un peu de protection contre les obus HEAT
  • Télémètre laser et viseur améliorés (replacés au sommet de la tourelle, permettant l'ajout de blindage supplémentaire)
  • Moteur réglé pour produire 790 chevaux
  • Démarreur amélioré avec système à pressurisation d'air
  • Mécanisme de nettoyage antipoussières (pouvant nettoyer les systèmes de vue du pilote)
  • Générateur de fumée moteur
  • Système de pressurisation NBC amélioré
  • Communications améliorées (radio VCR-83)
  • Ventilation améliorée de l'habitacle
  • Nouveau système d'indication des dégâts (Built-In-Test system, BIT)
  • Lentille de protection du viseur

En usage domestique, un Type 80 amélioré (basiquement au niveau Type 80-II) fut accepté au service de l'armée chinoise en tant que Chars de combat principal Type 88 et fut produit en nombre limité avec environ 500 unités construites (stationnés dans la région de Pékin) entre 1989 et 1995. Ces nombres doivent cependant être pris avec des pincettes car il est impossible d'obtenir les chiffres exacts de production.

En ce qui concerne l'exportation, le Type 80 ne connaît pas un grand succès. En fait, le seul utilisateur connu de cette série est le Soudan, avec un nombre de véhicules estimé à 200. Le lot de production à l'exportation est cependant inconnu, d'autres sources affirment même que le Type 80-II n'est resté qu'à l'état de prototype. Son cadet, la série Type 85, a connu un bien meilleur succès mais nous en parlerons lors d'un autre article.

scr7

Dans Armored Warfare, le Type 80-II est un char de combat principal de rang 4 disponible dans la branche de Zhang Feng. Historiquement, il est précédé par le Type 79 et suivi par le Type 85-IIM C'est un bon véhicule pour commencer, bien qu'un peu fragile.

À cause de son manque de blindage composite, les joueurs doivent faire attention aux projectiles HEAT les plus puissants comme les missiles guidés, qui peuvent causer des dégâts très importants au tank sous sa forme de base. Le châssis peut être amélioré avec des plaques de blindage composite, offrant une protection supplémentaire bienvenue et le rendant plutôt robuste pour son rang.

Il peut causer des dégâts importants, avec son puissant canon 105 mm. Pour de meilleures performances, nous vous conseillons d'utiliser toute la puissance des obus à dégâts élevés et de rester à portée intermédiaire. Ce tank est assez pataud et sera facilement débordé par la plupart de ses adversaires à courte portée. Pour du soutien et de l'appui feu à distance, c'est un véhicule idéal.

À bientôt sur le champ de bataille !

Vers le haut

Rejoignez l'action